L’état de l’opinion 2012, dans son chapitre 13, nous amène à y réfléchir.

Le chapitre Bref, consommer autrement, de Babette Leforestier et Thibaut Nguyen s’ouvre sur une magnifique introduction et constate que, dans un environnement de consommation à la frugalité volontaire (201), le consommateur, désabusé (après le pessimisme relevé dans les précédentes éditions de L’état de l’opinion), cherche à “retrouver les réflexes de survie archaïques”. Il est aussi fasciné par les biens et les services qui décuplent ses capacités (198, 199) et  évacue la pression  par le biais de “soupapes régressives” pour se retrouver dans une “co-consommation libératoire”, une consommation collaborative, une économie de partage, dans laquelle il privilégie “l’usage plutôt que la possession” (sans que les auteurs ne citent Bowling Alone de Robert Putnam) et s’assure que cet usage sera éthique. Mais la frugalité volontaire cache aussi une “simplicité contrainte” utilisant des stratégies “bottom of the pyramid” : “elles sont nées pour conquérir les pays émergents et reviennent dans les pays développés pour toucher les populations précaires dont la proportion ne cesse de progresser” (202).

Lire l’intégralité de notre critique de L’état de l’opinion 2012.

Agences, confiez-nous votre Planning Stratégique !

Lire notre critique de L’état de l’opinion 2011.