Selon une étude Ipsos-Bion 3, le rapport que les Français entretiennent avec leur corps a évolué : il ne s’agit plus seulement de plaire aux autres, mais aussi de se sentir en accord et en symbiose avec soi-même. L’accès au bien-être est désormais une condition nécessaire pour être heureux. Or, le niveau de bien-être baisse de façon importante après 30 ans, pour ne remonter vraiment qu’à l’âge de 65 ans.

Corps et bien-être

Quand les Français notent leur bien-être, la moyenne ne grimpe pas très haut : 6,3/10. La meilleure note concerne la capacité du corps à permettre de s’épanouir dans les activités quotidiennes (6,9), soit la définition même du bien-être. Le corps est également bien noté pour son aptitude à résister aux agressions extérieures : se défendre contre la pollution (6,6), supporter les changements de climat, de température (6,5), éliminer les toxines (6,4). Les Français se montrent un peu moins satisfaits de leur corps en ce qui concerne sa capacité à être et à rester tonique (6,3) et à se détendre (6,3). Ils se montrent encore plus critiques sur ses capacités à récupérer, notamment après avoir commis des abus (6,1) ou lorsque l’on est soumis à des épisodes de fatigue ou de stress (6,1). Les notes moyennes chutent encore en ce qui concerne la capacité à rester à un poids idéal ou à le retrouver (5,9), ou à réaliser des efforts sur un temps long (5,7).

Les notes ne sont donc pas très bonnes, malgré une réelle attention des Français à leur bien-être : ils y consacrent en moyenne 8,8 heures par semaine. Ils considèrent être au plus haut niveau de leur forme pendant 153 jours dans l’année (soit environ 5 mois), mais estiment en revanche rencontrer des problèmes ayant des conséquences sur leur bien-être pendant 73 jours, soit environ 2,5 mois. Près d’un Français sur deux (45%) a par ailleurs le sentiment de connaître de fortes variations de son bien-être au cours de l’année. Lorsqu’ils surviennent, les problèmes rencontrés ont un impact important sur la sensation de bonheur (68%), l’épanouissement personnel (67%), l’état de santé (65%) ou encore leur équilibre psychologique (63%). Dans une moindre mesure, les difficultés rencontrées ont aussi des conséquences sur les relations avec les proches (57%), la vie amoureuse et sexuelle (57%) ou encore la capacité à assurer les activités ordinaires (54%).

Près de la moitié des Français affirment avoir entrepris au moins une action destinée à accroître leur niveau de bien-être corporel (45%), le plus souvent dans les 6 derniers mois. L’alimentation (84% des Français y font attention) et l’attention aux rythmes de vie (82%) sont ce à quoi les Français font le plus attention pour entretenir leur corps. Parallèlement, de nouvelles tendances émergent. Plus d’un Français sur deux (57%) affirme pratiquer une activité sportive, même si elle n’est pas toujours régulière. Plus d’un sur trois (36%) consulte des articles ou des livres traitant du bien-être. Un Français sur quatre a déjà consulté un professionnel (26%) ou a consommé des compléments alimentaires spécifiques (23%). Enfin, plus d’un Français sur dix pratique des activités de relaxation comme le yoga, la méditation ou la sophrologie (13%).

Lire l’intégralité de Les français, leur corps et leur bien-être