Avec le digital, la marque passe du “hard power” au le “soft power” et semble perdre le pouvoir sur un consommateur insaisissable. Quels messages les marques peuvent-elles leur adresser, sans tomber dans le harcèlement ?

Yohan Stern, dirigeant et fondateur de La Fabrique à Jeux et à Buzz répond en exclusivité aux questions de Serge-Henri Saint-Michel :

  • Les points de contacts entre marques et consommateurs se multiplient, certes, mais le profil du client évolue-t-il ? Se morcelle-t-il ?
  • La marque perd-elle du pouvoir sur le consommateur désormais plus “insaisissable” ?
  • Quel impact sur les messages que les marques cherchent à diffuser ?
  • A force de viser le consommateur en 360, les marques ne risquent-elles pas la saturation à 360, synonyme de harcèlement ?

Lire l’intégralité de cette interview sur Marketing Professionnel