« Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances » ; selon cette ’étude Bcombest / Ifop,  58% des salariés des grandes entreprises sont favorables au changement, mais plus de 33% des salariés considèrent que la mise en place du dernier changement s’est mal passée. Pis,  70% des salariés dénoncent un manque d’écoute de leurs employeurs et 56% regrettent une implication insuffisante de leurs managers. Ils sont même 89% à estimer que la crise sert de prétexte aux entreprises pour mettre en place des changements…

Des salariés français majoritairement positifs à l’égard du changement en entreprise

Contrairement aux idées reçues, le changement est appréhendé positivement par une majorité des salariés (58%). Ce jugement favorable se retrouve davantage auprès des salariés ayant moins de deux ans d’ancienneté (73%), des cadres supérieurs (68%), les entreprises privées (62%), ainsi qu’en région parisienne (63%). A contrario, les personnes de plus 50 ans, les employés, ouvriers et salariés des entreprises publiques font preuve de plus de réticence.

Les salariés réservent un accueil très favorable au renouvellement de leur équipement informatique (85%) et témoignent d’un soutien élevé aux changements de méthodes de travail (78%). La définition d’un nouveau projet d’entreprise (74%) ou l’arrivée d’une nouvelle direction générale (74%) bénéficient également d’un accueil favorable. A l’inverse, les restructurations, les changements de lieu de travail et les délocalisations, c’est-à-dire des modifications ayant des incidences personnelles fortes, sont génératrices de stress et d’inquiétude.