L’Étude CONSOJUNIOR Kantar Media, sonde les ados (11-19 ans), analyse l’évolution dans leurs usages des Nouvelles Technologies et explore leurs habitudes sociales.

L’utilisation des outils technologiques est plus intelligente

L’évolution des équipements multimédia et l’usage d’Internet évoluent très vite. En 2010, 80% des ados possèdent un MP3, 77% un mobile et 92% surfent sur Internet.

Plus qu’une simple utilisation, les vidéos et leur mode de consommation chez les jeunes mettent en exergue une appropriation poussée de ces nouveaux outils de communication. Même si l’utilisation très traditionnelle du magnétoscope et le lecteur DVD perdure, aujourd’hui, les jeunes multiplient les supports technologiques pour accéder à des contenus vidéo : consoles de jeux, mobile, MP4, ordinateur et Internet.

L’étude observe également une certaine maturité dans les pratiques des jeunes. C’est «l’âge de raison » représenté par 3 grandes tendances.

La consommation passe du durable au consommable

La contrainte légale sur le téléchargement a eu un impact sur les comportements : on observe une nette baisse des pratiques de téléchargement : 46% des jeunes téléchargeaient régulièrement de la musique en 2008, ils ne sont plus que 42% en 2010. Ils favorisent l’accès à des contenus en streaming, qui concerne 91% des adolescents en 2010.

On passe donc du durable au consommable. C’est une tendance qu’on observe dans d’autres domaines de consommation (le vélib) où l’utilisation temporaire se substitue à la possession.

Réduction des dépenses

Le mobile a envahi les foyers en semant la zizanie dans les relations parents enfants. Le cœur du problème, c’est bien sûr le coût. Le mobile coûte cher, les jeunes l’admettent. Ce sont les parents qui paient, et de plus en plus. Le mobile est donc forcément un sujet de tension. La parade est le forfait bloqué, qui est un compromis pour tout le monde : les parents contrôlent la facture et les enfants optent pour des forfaits bloqués avec SMS illimités pour communiquer à volonté.

Retrouvez cet article en intégralité sur Marketing-Professionnel.fr

Serge-Henri Saint-Michel

Article